Généralités
L'entame agressive
L'entame du doubleton
La carte d'entame

Généralités

Les principes d'entame ne sont pas les mêmes en TPP et en duplicate.

Il est important de connaître le style d'entame du champ : sans entame claire, il est alors possible d'entamer "comme le champ". On évite ainsi un possible zéro dû à une entame hors champ.

L'entame du champ
A Sans Atout, le champ choisit une couleur au moins quatrième, majeure de préférence.
Si ses couleurs longues ont été nommées, le champ entame dans une majeure de trois cartes, voire de deux.


 

 

 

Sans entame claire, entamez comme le champ !

L'entame agressive

En duplicate, l'objectif est de battre le contrat. On envisage avec sérénité de livrer une levée pour atteindre ce but : entamer d'un gros honneur second, par exemple.

En TPP, l'objectif est de limiter le contrat et prendre ce risque est déraisonnable, sauf quand les adversaires vous " plantent "

S'ils réussissent leur contrat, vous marquerez un zéro. Prenez alors tous les risques nécessaires pour faire chuter et prendre un top.


Exemple :

Main d'Ouest
1097
A106
8742
987
Sud
Nord
1
2
3
4
4SA
6
2
2
3
4
5
6SA

Entame : A

Manifestement, Sud préférait 6 et Nord a tenté un drop. Peut-être y a-t-il deux levées de cœur à prendre rapidement.

Les 4 jeux
  AD42
R
AR3
D10543
 
1097
A106
8742
987
  V8653
D753
109
V6
  R
V9842
DV65
AR2
 

6 gagne sans problème, mais 6SA aussi sans l'entame de l'A…

L'entame du doubleton

En duplicate, elle est régie par des règles assez strictes et fait partie des derniers choix.

En TPP, ce n'est pas le cas : son caractère neutre s'accommode assez bien des impératifs du TPP.


Exemple :

Main d'Ouest
74
D65
RV84
DV72
Sud
Nord
1
2SA
2
3SA

Entame : 7

Vous accrochez les couleurs adverses, évitez de donner une levée directe. L'entame coeur donne plus de chances de battre, mais aussi plus de chances de livrer une levée…

La carte d'entame à Sans Atout (selon IDB)

Rappel : En duplicate il faut battre ; en TPP il faut limiter.

Le système d'entame à Sans Atout principalement utilisé dans le monde est celui de la "Quatrième meilleure", destiné à montrer la longueur de la couleur. Ainsi informé, le partenaire peut alors constater qu'insister dans la couleur d'entame ne permet pas de battre le contrat, et pour ce faire en essayer une autre. Un tel changement de flanc coûte souvent une ou plusieurs levées.

En TPP, livrer une levée est très coûteux. Les changements de flanc induits par le compte de la couleur sont donc rares, et donner le compte de la couleur à l'entame en TPP a donc moins d'intérêt pour le partenaire que pour le déclarant qui en tire souvent parti.

Voici un exemple classique où, après 1SA - 3SA, le déclarant choisit la bonne ligne de jeu grâce à l'entame : 

Les 4 jeux
  RD5
954
RD108
865
 
974
D1073
A53
D72
  V1063
RV86
942
93
  A82
A2
V76
ARV104
 

Sur l'entame du 3 en quatrième meilleure - qui montre que les cœurs sont répartis 4-4 en flanc - Sud donne l'A et réalise 9 levées sans impasse et sans crainte.

Si le 3 ne donne pas le compte de la couleur, Sud peut choisir de faire l'impasse à la D.


Les changements de flancs sont facilités si l'entame donne un renseignement sur la qualité de la couleur plutôt que sur la longueur.

Votre partenaire sait, d'après les enchères et sa propre main, si vous entamez dans une couleur longue ou dans une couleur courte. Le message transmis par la carte d'entame doit donc concerner principalement la qualité de la couleur choisie.

 

Voici le système d'entame dénommé 'attitude', préconisé par l'IDB en TPP :

- Avec un doubleton, la plus grosse

- Avec trois cartes sans honneur, la plus grosse

- Avec quatre cartes et plus sans honneur, la troisième en partant du bas

- Avec un petit honneur, la seconde en partant du bas

- Avec un gros honneur, la plus petite


          Entames          

A 2

7 2

D 3 2

R 4 3 2

A 5 4 3 2

D 6 5 4 3 2

R 7 6 5 4 3 2

V 3 2

10 4 3 2

V 5 4 3 2

10 6 5 4 3 2

9 4 2

7 5 3 2

8 7 5 3 2

9 8 6 4 3 2


Cette convention d'entame est appelée "attitude", du nom d'un style de flanc anglo-saxon que vous pratiquez peut-être comme Monsieur Jourdain : attaquer d'une petite carte est encourageant, l'inverse décourageant.


Remarque : L'entame en style attitude dérange beaucoup plus vos adversaires que votre partenaire. Ceux-ci chercheront à connaître votre nombre de cartes, renseignement que votre partenaire sera incapable de fournir.

L'entame d'une petite carte de rang élevé

Avec trois petites cartes, vous attaquez donc de la plus grosse et la confusion est possible avec un doubleton. Il n'est pas rare d'entendre, après un contrat livré : "Désolé, partenaire, je ne pouvais pas savoir si vous aviez deux ou trois cartes".

Or l'entame dans un doubleton à Sans-atout est rare - ou devrait l'être - et vous devez donc considérer que l'entame d'une petite carte de rang élevé provient d'au moins trois cartes.