Définition : On appelle couleur affranchissable une couleur au moins quatrième susceptible de produire une ou plusieurs levées de longueur.

 

Avertissement : Tous les bridgeurs ne pratiquent pas nécessairement les mêmes conventions d'entame et de signalisation.

Celles qui sont décrites ici - tête de séquence, 4ème meilleure, pair-impair, appel direct - sont les plus pratiquées.

Certains lecteurs, préférant un autre système de signalisation, pourront l'utiliser conformément aux principes exposés ici.


Sans atout, les ressources du déclarant sont limitées aux seules levées d'honneur et levées de longueur. Les flancs disposent des mêmes ressources.

Comme précédemment, le style d'entame va être influencé par une possible CPL adverse : plus longue est la CPL, plus l'entame doit être agressive. Dans les autres cas, les plus nombreux, le capital en honneurs des flancs ne suffit pas pour faire chuter le contrat. Mais ils ont l'avantage de l'entame pour chercher à affranchir des levées de longueur.


Le jeu à Sans Atout est une course à l'affranchissement. Dans cette course, les flancs ont moins d'honneurs sous le capot, mais ils prennent le départ en premier. L'entameur cherche donc en priorité la couleur qui peut rapporter un maximum de levées de longueur à son camp. Le plus fréquemment, cette couleur est la plus longue de son jeu.

Ce n'est pas toujours le cas, par exemple quand les adversaires ont nommé cette couleur. Imaginons que vous possédiez R9853 à cœur : le déclarant ouvre de 1 et les adversaires jouent à Sans Atout. L'entame cœur est alors sans avenir : le déclarant a autant de cartes que vous, et de meilleure qualité. Vous cherchez donc une autre couleur d'entame.

Ce sujet est traité dans le chapitre " Sans Couleur Affranchissable".

Le chapitre "Avec une couleur Affranchissable" montre que l'entame dans une couleur cinquième est incontournable.


Les grandes lois de l'entame contre une manche et une partielle sont identiques.

Si, après leur application, il vous reste le choix entre deux couleurs, vous sélectionnerez la moins agressive contre une partielle.

L'entame contre les chelems suit approximativement les mêmes règles qu'à la couleur, éliminant bien sûr l'influence de l'atout.

Ces grandes lois concernent les mains les plus fréquentes, c'est-à-dire celles où les honneurs sont répartis entre les deux flancs.

Si l'entameur possède pratiquement tous les points du camp, sa connaissance des honneurs adverses peut le détourner des lois générales. De même, une main très faible amènera parfois à improviser.


Rappel : L'objectif est la chute du contrat.