L'ouverture de 1SA
Après l'ouverture de 1SA
La recherche d'arrêt après l'ouverture de 1SA
L'ouverture de 2SA
Après l'ouverture de 2SA

L'ouverture de 1SA

Pendant longtemps, l'ouverture de 1SA a décrit une main distribuée 4333, 4432 ou 5332 avec une mineure 5ème. Le Landy était alors la défense routinière.

Les joueurs de compétition ouvrent maintenant de 1SA des mains comportant une majeure cinquième ou une mineure sixième, voire un honneur sec. Quelles sont les raisons de cette évolution ? 

L'agressivité en défense

L'intervention fut longtemps considérée comme une sorte d'ouverture; au palier de un, elle n'est plus maintenant que l'indication d'une bonne couleur. Cette évolution a développé considérablement l'agressivité des enchères : en application des lois de Jean-René Vernes, le camp de la défense propulse rapidement les enchères à un palier élevé dès qu'un atout long est découvert, quelle que soit la puissance du jeu dont il dispose.

L'ouverture de 1SA interdit l'intervention au palier de un (et de nombreuses autres, selon le système de défense utilisé) et permet souvent d'enchérir dans le silence adverse.

L'agressivité en attaque

L'ouverture de 1SA peut constituer un barrage efficace contre une partielle ou même une manche adverse et il n'est pas rare de réussir 1SA alors qu'un contrat gagnerait dans l'autre ligne.

C'est en grande partie pour cette raison que la valeur de l'ouverture de 1SA est descendue de 16 -18 à 15½-17½, puis à 15-17 : ceci permet d'ouvrir de 1SA les mains de 15 H. Or, à répartition identique, les mains de 15 H sont plus fréquentes que les mains de 16 H, ce qui augmente le nombre des ouvertures de 1SA.  

La simplicité des développements

Pour des problèmes de redemande, les mains semi-régulières de la zone 15-17 se traitent plus efficacement en ouvrant de 1SA. L'ouverture de un à la couleur dans cette zone nécessite une redemande en bicolore économique qui provoque souvent un accident : empaillage, mauvais contrat final...

Après l'ouverture de 1SA

Après cette ouverture, tous les joueurs ont en magasin des développements plus ou moins sophistiqués qui suffisent à leur bonheur. Chacun a longuement travaillé et a trouvé des solutions qui lui conviennent pour un certain nombre de problèmes dont voici les principaux :

               - Trouver les fits 4-4 en majeure

               - Jouer le contrat par la main qui a ouvert de 1SA

               - Décrire une couleur sixième dans une main forte (pour trouver un chelem en 6-2)

               - Décrire une courte (pour choisir entre un contrat à Sans Atout ou à l'atout)

               - Donner le moins d'informations possible aux adversaires (principe de discrétion)

 

Des relais peuvent résoudre ces problèmes et d'autres à un niveau inférieur à 3SA. Toutefois, un système naturel accessible à tous est nécessaire, par exemple pour des partenaires occasionnels ou ne désirant pas mémoriser des développements artificiels.

Stayman (2Trèfle) et Texas (2Carreau, 2Coeur, 2Pique, 3Trèfle) résolvent les problèmes les plus fréquents.

 

Pour conserver naturels 3Trèfle et 3Carreau (couleur sixième, espoir de chelem), 2SA fut longtemps le Texas préconisé pour les carreaux et certains s'en servent encore (pour le choix entre 2SA et 3Trèfle, cf. page suivante).

 

Quand 3Trèfle devint un Texas, l'enchère de 3Carreau s'est trouvée libérée : comme la nature a horreur du vide, les experts se sont empressés d'y fourrer quelque chose, par exemple les mains de manche réparties 4333 avec une majeure quatrième ou bien une mineure sixième commandée par deux gros honneurs. Même si la convention peut rapporter un bon coup, son utilisation est très rare. Une enchère réservée à son profit est un peu comme un marteau pour écraser une mouche.

Pour que le système soit cohérent, il suffit de remplacer les jumps majeurs par des Texas : 3Carreau et 3Coeur deviennent des Texas (Supertexas) exprimant des couleurs sixièmes de bonne qualité avec espoir de chelem (pour l'intérêt de cette description, cf. pages suivantes).

 

4Carreau, place vacante, a une utilité indéniable : décrire un bicolore majeur sans espoir de chelem (afin que le contrat soit joué par l'ouvreur).

 

Voici donc un tableau des réponses possibles (approuvées par l'IDB) sur 1SA :

2Trèfle
Stayman
2Carreau Texas Coeur
2Coeur Texas Pique
2Pique Texas Trèfle
2SA 8+/9-, régulier
3Trèfle Texas Carreau
3Carreau Supertexas Coeur
3Coeur Supertexas Pique
3Pique Bicolore mineur 5-5
3SA Pour les jouer
4Trèfle Gerber ou bicolore mineur fort
4Carreau Bicolore majeur 5-5 de manche

 

Personne n'a envie de jouer 3SA avec un singleton en face de trois petites cartes, voire de la dame troisième. Texas ou Stayman suivi par la nomination d'une mineure permet parfois d'éviter cet écueil (cf. pages suivantes :'La recherche d'arrêt').

La description des bicolores est détaillée plus loin (cf. L'expression des bicolores).

L'ouverture de 2SA

L'ouverture de 2SA est plus fréquente (que celle de 1SA) avec une majeure cinquième et une répartition 5332 ou avec une mineure sixième solide et 18-19 H en raison de la simplicité des développements.

Après l'ouverture de 2SA

Après 2SA, voici les développements modernes :

3Trèfle Stayman
3Carreau Texas Coeur
3Coeur Texas Pique
3Pique Texas Trèfle
3SA Pour les jouer
4Trèfle Texas Carreau
4Carreau Bicolore majeur 5-5

Il importe de définir avec son partenaire la rectification pratiquée sur le Texas, plusieurs variantes étant possibles.

L'IDB préfère dans l'ordre la rectification automatique, puis la rectification misfit, la rectification fittée en dernier choix.

Pour les détails, cf. pages suivantes.

 

La place manque pour exprimer univoquement une couleur sixième dans une main forte.

Avec un espoir de chelem, un Texas, suivi de contrôles et/ou d'un jump dans la majeure, permet de donner une idée de la main à l'ouvreur.

Pour les détails, cf. pages suivantes.

 

La place manque pour exprimer une courte dans une main de manche.

Avec de quoi jouer la manche sans espérer de chelem, on nomme 3SA quand on ne possède pas de majeure au moins quatrième ou de mineure au moins sixième ; également après un Stayman sans meilleure enchère.

Pour les détails, cf. pages suivantes.

 

Les amateurs de Texas mineur apprécient la possibilité d'exprimer une mineure sixième. Il se trouve que 3Pique et 4Trèfle ne sont pas du même ordre, 3Pique laissant la place à l'ouvreur de dire 3SA ce que ne permet pas 4Trèfle. L'IDB préfère que 3Pique indique un bicolore mineur.

Pour les raisons, cf. pages suivantes.

 

Voici donc les développements IDB :

3Trèfle Stayman
3Carreau Texas Coeur
3Coeur Texas Pique
3Pique Bicolore mineur au moins 5-4
3SA Pour les jouer
4Trèfle au moins six carreaux, EC
4Carreau au moins six trèfles, EC

 

Le bicolore majeur, exprimé habituellement par 4Carreau, se décrit alors en utilisant le Stayman, puis en concluant à la manche sur 3M ou en disant 4Carreau sur 3Carreau.

 

La description des bicolores est détaillée plus loin (cf. pages suivantes).

Exercices